Dimanche 7 octobre 2018

Ezéchiel 36,24-28


Lire le texte

Je répandrai sur vous une eau pure qui vous purifiera de vos actions impures pour les dieux mensongers. J’insufflerai dans vos entrailles un souffle neuf. J’enlèverai votre cœur insensible et vous donnerai un cœur réceptif à mes lois. Aux yeux des vainqueurs babyloniens, les Israélites ne sont pas seulement des «populations déplacées», mais des SDF spirituels: leur dieu a perdu, Mardouk est vainqueur. Quelle gifle! Ezéchiel console Israël et le raisonne: «Vous êtes le peuple élu, l’honneur de Dieu, et c’est Dieu lui-même qui est bafoué à travers votre honneur piétiné. Il ne laissera pas faire! Reconnaissez aussi que par vos désobéissances, vous avez transformé en gadoue le champ qu’il vous a donné. Vous voilà, lui et vous, crottés! Dans la boue, sa Sainteté… C’est elle qu’il veut laver. C’est son intérêt qu’il défend. La Bonne Nouvelle, c’est qu’il veut vous associer à son grand nettoyage.» Il s’y attaque résolument. Neuf verbes jalonnent l’avenir: prendre, rassembler, ramener, asperger, purifier, donner, mettre, ôter, inciter. Le registre «lyrique» de cette prophétie exprime l’émotion du prophète devant cet amour incompréhensible, inconditionnel et obstiné de Dieu. Mais fragile est cette pureté redonnée: soyez vigilants!

«Un bon arbre produit de bons fruits et un arbre malade de mauvais: ainsi les faux prophètes...» (Mt 7,15-20) «Ces faux maîtres donneront des enseignements trompeurs, jusqu’à rejeter le Maître qui les a sauvés.» (2 P 2,1-3) Cantique «PsC» n° 384 ; «Alléluia» n° 23-01

Référence biblique : Ezéchiel 36, 24 - 28

Commentaire du 08.10.2018
Commentaire du 06.10.2018