Comme vous avez pu le voir, des échafaudages entourent le temple de Genthod depuis début octobre.

Ce dernier fêtera ses 150 ans en 2019 et a besoin d’une sérieuse cure de jeunesse.

 

Les travaux prévus, qui devraient durer au moins jusqu’en juin 2018, sont les suivants:

Entretien et contrôle des toitures :

  • Révision de la couverture, changer les ardoises cassées, délitées ou fissurées, nettoyage anti-mousse.
  • Contrôle des ferblanteries, réparation et nettoyage.

Restauration des façades :

  • Lavage léger à la pression de l’ensemble des façades.
  • Ravalement complet des tailles de pierre, reprise en profondeur des pierres endommagées, escropage et remplacement des pierres, jointoyage et finition.
  • Peinture sur les portes extérieures, les abat-sons et boiserie du clocher.

Restauration des vitraux et de la fresque :

  • Restauration des vitraux, reprise des soudures et des liaisons en plomb, changement de certains éléments de verres.
  • Restauration de la fresque située sous le porche d’entrée latéral sur la voûte d’ogive, représentant le ciel étoilé.

Restauration et travaux complémentaires :

  • Pose de sur-vitrages thermiques et de protection, en acier thermolaqué micacé, verre isolant, feuilleté, sur les vitraux de la nef et de la rose.
  • Dépose de l’orgue, relevage et repose après travaux, accordage de l’instrument.
   
     

 

Le coût total des travaux est estimé à plus d’un million de francs.

Si vous désirez contribuer à la restauration du temple de Genthod, vous pouvez faire un don sur le compte postal suivant:

Paroisse des 5 communes         1218 Le Grand-Saconnex

CCP 12-3173-5       IBAN CH32 0900 0000 1200 3173 5

Mention        Travaux temple de Genthod

UN GRAND MERCI POUR VOTRE GENEROSITE

     
     

 

 

Un peu d’histoire

Ancien mandement épiscopal, Genthod passe à la Réforme en 1536, comme toutes les terres de Genève, mais n’était alors qu’une annexe à la paroisse de Moëns dans le Pays de Gex.

La fermeture successive des temples gessiens à la Révocation de l’Edit de Nantes en fit une paroisse isolée en plein territoire redevenu catholique.

Le petit sanctuaire où l’on prêchait depuis le XVIème siècle tombait en ruine et ne fut que laborieusement remplacé vers 1648 par un temple sobre et pittoresque, au grand toit incliné, qu’un banal clocher vint malheureusement défigurer en 1819.

De 1867 à 1869 enfin, il fut entièrement démoli et remplacé par l’édifice l’actuel, d’un « style gothique primaire du XIIIème siècle » dont les contemporains louèrent fort, disent les textes, les « formes tranquilles, simples, claires, rationnelles, en harmonie avec la structure des édifices et contrastant par son ornementation sobre et un peu sévère avec les styles qui l’ont suivi ».

Peut-être n’est-on plus tout à fait de cet avis…

En 1914, de grandes orgues furent posées ; et, dans l’entre-deux-guerres, une fresque représentant le Bon samaritain, due au talent du peintre vaudois de Ribaupierre, vint animer le plafond du sanctuaire.

Le clocher de Genthod contient la plus ancienne cloche de la campagne genevoise : elle date de 1471 et provient du village de Ballaison, où elle fut prise au cours des guerres du XVIème siècle.

Chargé de desservir simultanément au XVIIIème siècle Genthod et Plainpalais, et habitant par conséquent la ville, jouissant enfin d’une paroisse à résidence depuis 1817 et d’un beau presbytère vingt ans plus tard, le pasteur de Genthod avait vu, de 1867 à 1895, sa paroisse s’agrandir de celle de Versoix, de Bellevue et de Collex-Bossy.

Actuellement Genthod fait partie de la paroisse des 5 communes, à savoir : Genthod, Bellevue, Collex-Bossy, Pregny-Chambésy et le Grand-Saconnex.

 

Réf. Temples de Genève par le prof. Paul Geisendorf et le pasteur Dominicé